Le Mont Blanc en skis, 16 et 17 juin 2018

Mont Blanc skis

Après une longue période de préparation logistique et de mauvais temps sur les Alpes Française, nous parvenons finalement à nous décider pour tenter l’ascension du Mont Blanc et la descente en skis par la face nord.

 

Ce printemps 2018 est bien compliqué. En plus d’une météo défavorable, le téléphérique de l’aiguille du midi subit des fermetures imprévues en raisons de travaux à effectuer en urgence sur le cable porteur du deuxième tronçon.

 

Nous avons décidé de faire l’ascension du Mont Blanc depuis le refuge des Grands Mulets, l’arête nord du Dôme du Gouter puis l’arête des bosses.

 

La descente s’effectuerait alors par la face nord, le grand et le petit plateau. Une ascension classique et un itinéraire régulièrement emprunté chaque printemps par les skieurs.

 

Mais cette fermeture du téléphérique complète complique bien la situation car pour rejoindre le refuge des Grands Mulets, nous devons partir à pied du bas de la vallée, plus exactement du parking du poste de Douanes situé à l’entrée du tunnel du Mont Blanc. Le dénivelé à ajouter à la course, skis sur le dos à la montée comme à la descente est de 1000m. Un dénivelé conséquent considérant la course suffisamment longue et éprouvante en conditions normales.

 

Mais mes clients sont très motivés, bien entrainés physiquement et mentalement.

Ce samedi 16 juin 2018, à 7h30, nous commençons notre aventure pour le Mont Blanc.

 

Les conditions sont plutôt bonnes pour cette période, la neige se situe aux alentours de 2500m, et le passage délicat de la jonction est raisonnablement délicat.

 

Nous arrivons au refuge vers 15h00, après avoir gravit 1750 m. Nous passons le reste de l’après midi à nous hydrater et nous reposer. Il est impératif de récupérer.

 

Dimanche 17, à 1h30, notre longue journée commence, 1750 m de plus, dont la moitié au dessus de 4000 m d’altitude. Le départ de se fait de nuit, nous traversons alors le glacier à la frontale, encordés le plus loin possible car nous évoluons parallèlement à d’énormes crevasses.

Le jour apparait lorsque nous gravissons l’arête nord du Dôme, et le soleil nous éclaire à l’approche du sommet du Dôme du Gouter. Cette partie de la course est très longue mais très éstéthique.

 

Mont Blanc skis

Mont Blanc skis

 

La deuxième partie de l’ascension se fait en empruntant l’arête des bosses, itinéraire normal d’accès au sommet, et donc en compagnie d’alpinistes venus des refuge du Gouter et de Tête Rousse.

Nous arrivons au sommet vers 9h30, en respectant l’horaire que nous nous étions fixé, à savoir 11h00 au plus tard pour commencer notre descente.

 

Mont Blanc skis

Mont Blanc skis

 

 

Du sommet nous chaussons les skis et descendons dans la face nord, en skiant rive droite pour la partie supérieur. La neige est bien changeante et demande de l’attention, nos jambes sont fatiguées, mais dans cet univers ou le sérac fait la loi il ne nous est pas permis de mollir.

 

Mont Blanc skis

Mont Blanc skis

 

 

Plus bas, sur le Grand et le petit plateau, nous skions une neige de printemps idéale, adoucie par le soleil, glissante et facile, heureusement.

Nous repassons la jonction, traversons le glacier des bossons encordés, puis rejoignons le sentier qui nous mène à la voiture.

L’itinéraire que propose le Mont Blanc à cette période de l’année est absolument magnifique. L’univers glaciaire dans lequel il s’insinue est spectaculaire, mais très exposé.

Il ne faut s’y engager que par bonnes conditions météo, être préparé physiquement et techniquement.

 

Laisser un commentaire